Hormis du basilic que je sème tous les ans près de mes tomates, je ne cultive pas d’herbes aromatiques dans mon potager. En effet, je ne dispose que de très peu de place, et je préfère donc utiliser mes précieux centimètres carrés pour faire pousser des légumes.

Cependant, je souhaite toutefois disposer d’un minimum d’aromatiques fraîches pour cuisiner. Il va donc falloir trouver un compromis.

L’idée est donc de déplacer les aromatiques dans une autre zone du jardin (ornemental donc pas forcément dédié à cela) sans pour autant sacrifier l’esthétique. J’avais bien aimé l’idée de pots de terre cuite enterrés aperçus au potager du château de Villandry, et l’avait gardé dans un coin de ma tête.

aromatiques au château de Chenonceau
Aromatiques au château de Villandry

Pourquoi les pots ?

5 à 6 ans plus tard, il était temps de la ressortir des cartons pour créer ma propre bordure d’aromatiques en pots. Le but est de joindre l’utile à l’agréable et de cultiver un maximum de variétés de plantes dans un minimum d’espace. De plus les pots offrent de nombreux avantages :

  • Pouvoir effectuer le mélange de terre le plus adapté à la plante cultivée (le thym n’a pas les mêmes besoins que de le persil)
  • Dessiner facilement une plate-bande ou une bordure pour baliser une allée
  • Eviter la dispersion (notamment pour la menthe)
  • Réguler la température et l’humidité
  • Possibilité de les protéger (ou même de les mettre au chaud) en cas de besoin (pour la culture de plantes non vivaces ou frileuses)

L’installation de la bordure en vidéo

Comme j’ai modifié l’apparence de cette bordure la semaine passée en ajoutant quelques nouveaux pots, j’en ai profité pour vous faire une petite vidéo pour vous expliquer comment je procède. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo, j’avais laissé beaucoup d’espace entre les pots et je me suis rendu compte que c’était de la place perdue. Surtout dans un jardin qui n’est pas bien grand ou il faut optimiser chaque cm2.

L’idée est de refaire complètement cette bordure aromatique pour intercaler de nouveaux pots entre les autres. Il s’agit de sortir les anciens pots, creuser et implanter les nouveaux pots pour cultiver encore plus de plantes aromatiques.

Mais avant, un peu d’explication sur les pots. Il s’agit de simple contenants en terre cuite de 23 cm de diamètre. Toutes les tailles sont envisageables. L’idée est de choisir des pots bruts qui ne soient pas vernis. Avec une matière poreuse, l’humidité pourra circuler. En été, vous bénéficiez de l’humidité de l’extérieur vers l’intérieur et inversement durant les saisons pluvieuses. C’est l’avantage de la terre cuite.

Quand aux plantes cultivées, il est possible d’implanter toutes sortes d’aromatiques. Personnellement, je me limite aux variétés vivaces qui supportent le gel. Ce qui permet de ne pas avoir à resemer ou replanter tous les ans. Ensuite, j’élimine toutes les variétés qui risquent de devenir trop imposantes (laurier, romarin). Je conserve quand même la sauge même si elle est aussi envahissante. La menthe également. Au moins, en pot, elle sera délimitée.

Quelle terre choisir ? Chaque plante aromatique a des besoins qui lui sont propres. La menthe, par exemple, à besoin d’un sol assez lourd et humide. Le persil nécessite un sol riche. À l’inverse, des plantes comme le thym ont besoin d’un sol drainé, limite pauvre. En bref, l’avantage des pots est que l’on peut mettre la terre que l’on souhaite.