Vous voulez limiter l’utilisation d’engrais et de pesticides dans votre potager ? Il existe une solution naturelle et bio, accessible à tous et facile à mettre en œuvre : le compagnonnage ou association de plantes amies. Je vous dis tout sur cette méthode qui tire profit des richesses de la nature !

Le compagnonnage, qu’est-ce que c’est ?

Utilisé dans l’agriculture bio, le compagnonnage au jardin n’est pas une science exacte, mais le fruit de l’observation et de la transmission de techniques ancestrales. Le principe est simple, il s’agit de recourir aux propriétés des plantes pour protéger leurs voisines de certains nuisibles et favoriser leur croissance. Ainsi, les végétaux complémentaires (plantes amies), plantés à proximité, ont une influence mutuelle bénéfique.

C’est le cas, par exemple, des plantes aromatiques qui font la plupart du temps fuir les insectes, grâce à leur forte odeur.

Au contraire, certains légumes ont les mêmes besoins nutritifs et il est donc recommandé de ne pas les planter trop proches, car ils nuiraient les unes aux autres. Si vous les cultivez ensemble par mégarde, ils risquent de demander plus d’entretien que nécessaire, pour compenser leurs interactions négatives.

Le compagnonnage au potager vous permet d’avoir des plantes en meilleure santé puisqu’elles sont protégées des nuisibles et des maladies. Leur croissance est stimulée, leur développement et leur résistance sont améliorés.

Entre autres, l’emploi du compagnonnage optimise l’occupation naturelle de la terre en l’aérant davantage, grâce à l’association des racines profondes et superficielles.

Mais cette méthode n’augmente pas seulement la rentabilité de votre potager. Certaines combinaisons jouent sur le goût des légumes, par exemple le poireau, planté à proximité, donne des courgettes plus sucrées. La digestibilité peut être également être améliorée, surtout avec les plantes aromatiques : cultiver de la menthe poivrée à côté du chou le rend plus digeste !

Les propriétés des plantes compagnes

Au potager, les plantes compagnes ou plantes amies sont parfois d’autres légumes, mais ce sont souvent des plantes aromatiques, voire des fleurs. En voici quelques exemples :

  • l’ail est un insecticide qui préserve les carottes, fraisiers, tomates et betteraves. En revanche, ne le plantez jamais près des haricots, pois, choux, fèves, lentilles, sauge, anis ou fenouil ;
  • l’aneth protège les concombres et carottes ;
  • le basilic est un répulsif contre les moustiques et les mouches. Associez-le avec les aubergines, les tomates, les piments ou les asperges. Il a également tendance à améliorer le goût du poivron ;
  • la bourrache est mellifère, elle attire les abeilles et tous les insectes pollinisateurs, mais repousse limaces, doryphores et vers de tomate. Plantez-la près des pommes de terre, des courgettes, des fraisiers, des choux et, bien sûr, des tomates ;
  • la capucine attire les pucerons : attendez qu’elle en soit recouverte, puis arrachez-la et brûlez-la. Elle éloigne également les punaises des cucurbitacées, radis, choux et tomates ;
  • le cerfeuil repousse les limaces ;
  • la lavande éloigne les pucerons ;
  • le thym permet de lutter contre les mouches blanches et préserve tous les types de choux.

association des plantes au potager

Quelles sont les associations à privilégier selon les légumes ?

Sachez d’abord que les apiacées (ombellifères comme le fenouil, les carottes, le céleri, le persil…) se protègent mutuellement.

Les légumineuses (haricots, lentilles, pois…) apportent de l’azote à la terre, n’hésitez pas à les cultiver avec les tomates et les cucurbitacées, qui en ont besoin. Ces légumineuses doivent en revanche être placées loin des poireaux et de la ciboulette.

Voici quelques combinaisons à privilégier, en fonction des légumes que vous plantez dans votre potager :

  • les carottes sont à associer avec les concombres, les haricots, la laitue, les oignons, les pois, les radis, les tomates et les poireaux. Évitez le persil ;
  • les haricots apprécient la proximité des choux, des carottes, des concombres, des pommes de terre et du maïs (ils poussent sur les tiges de maïs, vous épargnant ainsi la mise en place d’une treille), mais pas de l’ail, de l’oignon et des poireaux ;
  • la laitue est une plante compagne des betteraves, des carottes, des choux, des concombres et des radis, mais pas du persil ;
  • les oignons protègent les betteraves, les carottes et les épinards, mais ne doivent pas être plantés à proximité des haricots ou des pois ;
  • les poireaux font bon ménage avec les carottes, les épinards et les tomates. Évitez de les placer près des pois et des haricots ;
  • les pommes de terre sont des plantes compagnes des choux, des haricots, du maïs et des pois, mais pas des concombres ni des tomates ;
  • les radis sont à cultiver avec les carottes et la laitue, mais loin du cerfeuil, qui leur donne un goût piquant ;
  • les tomates peuvent être associées au basilic, aux carottes, au céleri, aux oignons, aux piments, aux poireaux ou au persil (qui stimule leur croissance). En revanche, tenez-les loin des betteraves, du maïs et des pommes de terre.