Toutes les fiches de culture

Le piment : légume-fruit annuel. Non rustique

Petite gousse à la saveur relevée, le piment appartient à la famille des solénacées comme le poivron, dont il est un proche cousin, la tomate ou l’aubergine.

Rouge, vert ou jaune, il entre dans la composition de nombreux plats et sauces épicés du monde entier. Au potager, le piment a besoin de beaucoup de chaleur mais certaines variétés s’accommodent d’un climat moins clément.

Fiche plantation

Famille Solanacées
Cycle Légume-fruit annuel. Non rustique
Semis Février à avril, au chaud
Floraison Juin à septembre
Récolte 5 ou 6 mois après le semis
Rendement 2 à 6kg/m2
Exposition Chaud et ensoleillé
Sol Léger, meuble, humifère et drainé.
Entre les plants 50 à 60 cm
Entre les lignes 50 à 60 cm
Hauteur 80 à 100 cm

Originaire d’Outre-Atlantique

Piment rougeLes premières traces du piment sont attestées dans une grotte du Mexique et remonteraient à 7000 avant JC mais il était certainement consommé avant. C’est donc assurément l’un des plus anciennes plantes cultivées en Amérique latine.

Christophe Colomb ne pouvait pas y échapper, il le ramène en Espagne dans les cales de ses bateaux.

Les Espagnols et les Portugais se chargent d’en faire la promotion en Europe, en Afrique et en Asie et le piment est vite adopté. Il faut dire qu’il remplace avantageusement le poivre, encore trop rare et donc trop cher.

Devenu incontournable des cuisines africaines et asiatiques, il est également beaucoup consommé aux États-Unis sous forme de sauces pimentées.

L’échelle de Scoville permet de mesurer le piquant des piments. On doit cette échelle à un pharmacien américain qui, au début du XXe siècle, l’a graduée de 1 à 10. Concrètement, le poivron qui est bien une forme de piment à l’origine, est classé à 0 et l’explosif piment Habanero 10.

5 grandes variétés de piment

Les différentes variétés de piment se distinguent essentiellement par leur forme, plus ou moins longue, leur couleur, et surtout la puissance de leur goût.

Les différentes variétés de piment

On peut toutefois classer les milliers de variétés en cinq grandes espèces ayant toutes le même ancêtre commun : le piment Piquin

  • Le capsicum annuum : c’est la variété la plus répandue et la plus connue car elle contient quelques piments très utilisés dans les cuisines du monde comme le paprika, le piment d’Espelette, le piment doux, le piment d’Alep, le piment de Cayenne, le piment sucette de Provence, le Corno di Toro…et le poivron !
  • Le capsicum baccatum : cette variété regroupe les piments d’Amérique du sud, et en particulier les aji.
  • Le capsicum chinense : ce sont des piments plus rares car longs à cultiver, plus parfumés et très piquants. Le piment habanero en fait partie.
  • Le capsicum frutescens : le plus connu des ces piments est le tabasco utilisé pour préparer la sauce du même nom. Le pili pili fait aussi partie de cette variété.
  • Le capsicum pubescens : ce sont des piments aux pépins noirs. On peut citer le rocoto.

Les bienfaits nutritionnels du piment

Évidemment, on mange du piment pour ses propriétés piquantes. C’est la capsaïcine, contenue dans les graines, qui est à l’origine de cette caractéristique. Seuls les mammifères y sont sensibles, ce qui, dans la nature, permet aux oiseaux de disséminer les graines un peu partout.

Le goût et le piquant du pimentOutre cette propriété, le piment est riche en minéraux comme le fer, le cuivre, le manganèse, et en vitamines, et en particulier les A, E, C, B6 et K. En revanche, il est pauvre en sodium.

On lui reconnaît des vertus digestives et anti-inflammatoires de par l’action de la capsaïcine. Riche en flavonoïdes, des antioxydants, le piment peut prévenir les maladies liées au vieillissement.

Ses vertus sudorifiques et diurétiques expliquent qu’il est consommé dans les pays chauds, tout comme ses propriétés bactéricides. En revanche, une surconsommation peut accentuer des problèmes d’ulcères et d’hémorroïdes.


Quand et comment semer et planter du piment ?

Plantation de piment dans mon potager
Plantation de piment dans mon potager

Inutile de préciser que le piment est une plante du soleil ! Donc, il lui en faut beaucoup pour donner satisfaction aux jardiniers.

Un emplacement au pied d’un mur exposé au sud lui convient parfaitement.

Tout comme il aime les sols fertiles et riches en matières organiques.

Sans oublier les apports réguliers d’eau.

Une fois toutes ses exigences acquises, vous pouvez tenter la culture du piment.


Un semis sous serre chaude

Fin février ou en mars, le semis de piment peut se faire à l’abri d’un châssis chauffé, les graines ayant besoin d’une température d’au moins 20 ° pour germer.

Semez dans des terrines remplies de terreau tous les 3 cm. Enfoncez les graines de 2 cm et arrosez à l’aide d’un pulvérisateur. Lorsque les plantules ont environ 5 feuilles, on peut repiquer.


Une plantation au chaud

Suivant la région où vous résidez, trois solutions de plantation s’offrent à vous :

  • La plantation en pleine terre dans une terre bien amendée en compost et sous une situation ensoleillée et abritée des vents. Ce repiquage intervient en mai, après que tout risque de gelées est définitivement écartée. Espacez les plants d’au moins 40 à 50 cm. On peut abriter le pied d’une tuile ou déposer des tuiles cassées sur le sol pour le réchauffer.
  • La plantation sous châssis froid, sous cloche ou sous voile de forçage dans les régions les moins ensoleillées.
  • La plantation en pot qui convient bien au piment. On pourra ainsi rentrer le pot au chaud la nuit.

Pour accentuer ses chances d’obtenir une belle fructification, on peut aussi se procurer des pieds de piments en jardinerie.


L’entretien et la récolte du piment

L’entretien des piments se résume à des arrosages réguliers, au sarclage et au binage. Pour faciliter l’arrosage, creusez des cuvettes au pied des piments.

Une taille peut être nécessaire comme pour les aubergines. A l’apparition d’une première fleur, coupez l’extrémité de la tige juste au-dessus. De nouvelles tiges vont se développer. D’une façon générale, ne laissez que 2 fleurs par nouveaux rameaux.

La récolte se fait en juillet-août, soit environ 6 mois après le semis, et 50 à 70 jours après la floraison. Il faut cueillir les piments avec leur pédoncule, ils pourront ainsi continuer à mûrir.


Les maladies et ennemis du piment

Le plant de piment peut être sujet au mildiou qu’il faudra combattre avec de la bouillie bordelaise ou un mélange à base de bicarbonate de soude.

Le piment est également sensible aux attaques d’insectes tels que les pucerons ou les araignées rouges. Le savon noir reste efficace.


Le piment du jardin à l’assiette?

Chili con carne
Chili con carne
Frais, le piment doit être épluché avec attention en utilisant des gants. Il faut enlever les graines et la membrane blanche.

Ensuite, il suffit de le couper en dés ou en lamelles avant de l’intégrer à différents plats chauds tels que le chili con carne ou le curry.

Pilé, on en fait des purées servies en condiment. On peut le farcir de restes de viande ou de fromage. Cru, le piment rehausse des salades, ou le guacamole.

Vous pouvez aussi le faire mariner, entre autres dans de l’huile d’olive pour faire une huile pimentée idéale pour les pizzas.

Chocolat et piment s’alliant harmonieusement, vous pouvez en intégrer à une mousse ou à un fondant.

Les piments frais peuvent également être séchés, soit au soleil, suspendus le long d’une corde, ou au four pendant 6 à 8 heures à 40 °. Une fois séchés, ils sont réduits en poudre au mixeur.

Vos questions, nos réponses

Comment savoir si un piment est fort ?

En faisant du mauvais esprit, on pourrait répondre : « En le goûtant ! » mais il sera trop tard. Plus sérieusement, si vous connaissez la variété du piment, référez-vous à l’échelle de Scoville qui classe les piments de 1 à 10, du plus doux au plus fort, en passant des qualificatifs comme « chaleureux », « relevé », « chaud »… « brûlant », « torride », « volcanique » ou « explosif ».

Ainsi, le piment paprika est doux, le piment d’Espelette chaud, le japaleno fort et l’habanero explosifs.

Questions et réponses sur le piment

Comment adoucir un plat trop pimenté ?

Vous avez eu la main lourde et votre plat est beaucoup trop épicé. Il existe quelques astuces pour adoucir votre recette, à commencer par le simple fait d’augmenter les quantités en rajoutant des ingrédients, sauf le piment bien sûr !

Vous pouvez aussi rajouter un peu de sucre, diluer avec un bouillon ou de la crème, ou encore presser un citron vert.