En automne, alors que le potager est pratiquement vidé de ses légumes, le sol paraît bien nu. S’il est laissé ainsi tout l’hiver, les intempéries, le gel, le vent…vont éroder et compacter le sol. Une croûte de battance se forme provoquant le ruissellement des eaux. C’est pourquoi quelques gestes s’imposent pour préparer le sol pour l’hiver.

Nettoyer le sol

Poireaux d'hiverLa grande période des récoltes commence à toucher à sa fin. Il reste quelques poireaux et carottes qui seront bons à ramasser au fur et à mesure des besoins cet hiver, tout comme les betteraves rouges et les céleris raves. Dans les autres carrés, il n’y a plus rien.

En automne, une fois les dernières récoltes de légumes faites, il reste les déchets de culture, c’est-à-dire le feuillage fané, sec et jauni des légumes d’été mais aussi des courges et potirons.

Ne laissez pas votre jardin légumier à l’abandon. Il serait bien vite envahi par les mauvaises herbes.

Si vous avez des artichauts et que le froid s’annonce rigoureux, emmaillotez-les avec un voile de protection hivernale. Ne serrez pas trop pour que l’air circule à l’intérieur.

Enfin, couvrez les dernières salades avec des cloches en verre ou en plastique. Seuls les choux, les poireaux et la mâche peuvent rester à l’air libre. Le froid ne leur fait pas peur.

Que faire de ces déchets ?

Là où vous avez tout arraché, semez un engrais vert. Vous le faucherez et l’enfouirez cet hiver lors des labours. Il évite l’envahissement par les plantes adventices et fourni une dose de fertilisants, notamment de l’azote, qui ne sera pas pour déplaire à vos prochaines cultures.

Engrais vert

Si votre potager a été soumis à de nombreuses maladies, je vous conseille de les arracher avec soin et de les emmener à la déchèterie. Sinon, deux options s’offrent à vous : la mise au compost ou l’intégration au sol du potager.

Pour les déchets de culture des Fabacées (haricots, fèves, pois, lentilles…), coupez les plants au ras du sol pour laisser les racines dans la terre. Elles ont en effet la capacité d’absorber l’azote atmosphérique pour le restituer au sol.

Motobineuse

Si cette culture ne vous attire pas, passez régulièrement un coup de motobineuse pour bloquer la germination des graines et conserver un terrain propre. Prenez aussi le temps d’éliminer les dernières traces de mauvaises herbes avec soin.

Travailler le sol du potager

À présent que vous avez fait place nette, il est temps de travailler le sol pour le décompacter et l’aérer.

En effet, durant l’été, les cultures et les piétinements ont pu tasser et compacter ce sol. La circulation de l’air et de l’eau est gênée. Là encore, vous pouvez recourir à deux méthodes, suivant la nature de votre sol :

Décompactage du sol

  • Si le sol de votre potager est lourd, je vous recommande un bêchage sur 15 à 20 cm de profondeur avec une bêche ou une fourche-bêche
  • Si le sol du potager est plus léger, l’usage de la grelinette ou biofourche est plus recommandé. Elle a l’avantage d’ameublir le sol sans en perturber la structure en couches et les organismes vivants (vers de terre, champignons, bactéries…)

Amender la terre

Épuisé par les différentes cultures au printemps et en été, le sol du potager doit être nourri en automne. Il est donc indispensable de le fertiliser avec votre compost, même s’il n’est pas totalement décomposé.

Enrichir la terre du potager

L’ajout de fumier, et en particulier du fumier de cheval, va aussi enrichir le sol en éléments nutritifs et en matières organiques.Ce fumier a aussi la capacité d’alléger ou de structurer les sols trop lourds ou trop légers.

Il suffit d’épandre le compost ou le fumier à la surface du potager. Les intempéries et les organismes vivants du sol se chargeront de sa décomposition. Vous pouvez aussi passer un petit coup de râteau.


Recouvrir le sol pour ne pas le laisser nu

Un sol nu est un sol soumis au ruissellement et à l’érosion. C’est pourquoi il est recommandé de le protéger en le paillant abondamment d’un paillis végétal et organique (paille, feuilles mortes, tontes de gazon, de branchages broyés…).

Paillage sol

Non seulement ce paillage va protéger le sol, le tenir au chaud mais aussi le fertiliser par sa décomposition. En effet, les micro-organismes du sol se maintiendront actifs grâce à cette « nourriture » providentielle.