Très ornemental, l’aloe vera bénéficie depuis quelques années d’un véritable engouement tant pour l’originalité de ses feuilles que pour les vertus cosmétiques et médicinales de son gel.

Qu’il soit cultivé en pot à l’intérieur ou en pleine terre dans le sud de la France, il mérite quelques égards et un entretien soigné mais simple.

L’entretien de l’aloe vera cultivé en pot

En tant que plante tropicale ou subtropicale, l’aloe vera, reconnaissable à ses longues feuilles charnues d’un vert grisâtre, constituées en rosettes, a besoin de chaleur et de lumière.

Aloe vera cultivé en pot
Aloe vera cultivé en pot.

À l’intérieur de nos logements, il doit donc être placé à la lumière sans qu’il n’ait à souffrir des rayons brûlants du soleil direct. Quant à la température de la pièce, elle doit osciller entre 18 et 25 °C.

  • L’arrosage doit être régulier mais modéré. Au printemps et en été, l’arrosage intervient une fois tous les 10 jours, en toute petite quantité. Le substrat doit sécher à la surface. En revanche, en cas de fortes chaleurs, renforcez quelque peu les arrosages. En automne et en hiver, période de repos végétatif, les arrosages de l’aloe vera vont diminuer pour passer à 2 par mois et en petite quantité. Pour mettre toutes les chances de votre côté, offrez-lui en priorité une eau de pluie à température ambiante.
  • Les sorties à l’extérieur sont possibles à partir de mai et jusqu’en septembre, à la condition de l’installer à mi-ombre. Le plein soleil peut lui être fatal, surtout du jour au lendemain. L’aloe vera est très sensible aux chocs thermiques.
  • Le rempotage intervient tous les 3 ans dans un pot plus grand que le précédent, troué et garni de billes d’argile. Cette opération intervient après l’hibernation, au début du printemps. Vous pouvez en profiter pour prélever des rejets avec un instrument tranchant. Il suffit ensuite de les planter dans un substrat composé d’1/3 de terre de jardin, d’1/3 de terreau et d’1/3 de sable.
  • La fertilisation et la taille sont inutiles.

L’entretien de l’aloe vera en pleine terre

Si vous avez la chance d’habiter le sud de la France, votre aloe vera peut s’épanouir en pleine terre, pourvu qu’il soit à l’abri des vents froids et exposé au plein soleil.

Aloe vera en pleine terre
Aloe vera en pleine terre.

En revanche, veillez à lui offrir un sol léger et bien drainé. Si la terre est trop lourde, n’hésitez pas à faire un apport de sable. Une installation en rocaille ou en talus lui plaît particulièrement.

Lorsqu’il est cultivé en pleine terre, l’aloe vera est encore plus simple à entretenir:

  • Les arrosages ne sont pas utiles, l’eau de pluie lui suffira pour subvenir à ses besoins
  • L’hiver, une protection hivernale est recommandée en cas de gelées fortes, même courtes et ponctuelles. Un voile d’hivernage sur les feuilles et un paillage au pied lui permettent de passer tranquillement l’hiver.

L’aloe vera, une plante peu sujette aux maladies et parasites

Jeune pousse d'aloe vera
Jeune pousse d’aloe vera.
Particulièrement résistant, l’aloe vera n’est pas sujet aux maladies. Seules les cochenilles, reconnaissables à des amas de sécrétion blanche et à des gouttes collantes, peuvent s’attaquer à son feuillage.

Pour lutter contre cette invasion qui ne met pas en cause la survie de la plante, il suffit de tamponner les feuilles avec un chiffon imbibé d’alcool à 90 °C ou d’eau savonneuse, en veillant à bien supprimer les coques avec un coton-tige.

Le feuillage de l’aloe vera, un bon indicateur de problèmes

Parfois, le feuillage de l’aloe vera change d’aspect. C’est un bon indice pour détecter un problème quelconque :

  • Le feuillage jaunit : votre aloe vera est trop arrosé. Attendez que le substrat soit sec pour arroser 
  • Le feuillage est brun foncé : l’aloe vera est trop exposé à la lumière directe
  • Les feuilles deviennent minces : l’aloe vera n’est pas suffisamment arrosé, il épuise ses réserves
  • Les feuilles sont molles : l’aloe vera manque de lumière ou a peut-être froid

Article à lire également :