L’arrosage du potager est une problématique centrale pour le jardinier amateur comme professionnel, qui doit à la fois chercher l’économie et la rationalisation de cette ressource naturelle rare et précieuse, tout en ne privant pas ses plantes de cet élément vital.

À la fois vitale et fatale pour vos plantations, l’eau doit être utilisée en quantité suffisante, mais sans excès. Arrosage automatique par goutte-à-goutte, récupération des eaux de pluie ou encore paillage des pieds.

Découvrons ensemble les gestes écologiques qui feront de vous un jardinier potager responsable et efficace !


L’eau, un bien précieux

L’eau est une ressource précieuse sur Terre, et sa préservation un enjeu écologique fondamental. Face au quart de la population mondiale exposée à un stress hydrique grave, la France se positionne au milieu du classement : notre situation hydrique est donc réellement préoccupante.

Dans le contexte du réchauffement climatique et de la pollution des nappes phréatiques, il apparaît de plus en plus essentiel d’apprendre à raisonner notre utilisation de l’eau et d’appliquer des gestes d’économie jusque dans nos potagers.


Bien connaître ses fruits et légumes

Arrosage différent selon ses fruits et légumesLes besoins en eau des fruits et légumes du potager diffèrent selon les espèces et les variétés. Les connaître vous permettra d’optimiser votre arrosage et de ne pas mettre en danger vos plantations. En effet, gardez à l’esprit que les dégâts sur la plante sont tout aussi mauvais lorsqu’elle subit la sécheresse que lorsqu’elle reçoit trop d’eau. Un arrosage trop conséquent risque de noyer les racines et les faire moisir.

Ainsi, si les légumes-feuilles comme les épinards, les légumes fruits et à graines comme les tomates ou les fraises, réclament des arrosages plus fréquents que les légumes racines tels que le panais. De plus, certaines plantations ont besoin de beaucoup d’eau pour démarrer, puis de bien moins au cours de leur développement : c’est le cas du chou Kale, par exemple.


Quel matériel pour un arrosage optimisé ?

D’une manière générale, un arrosage trop abondant réduira les qualités gustatives de vos légumes potagers. Comment arroser de manière rationnelle ? Comment choisir son matériel d’arrosage ?

S’il peut être agréable d’arroser au tuyau ou à l’arrosoir vos plantes aromatiques en pot, vous n’aurez peut-être pas le temps d’arroser correctement votre potager tous les jours. De plus, l’arrosage manuel est difficile à doser, et le jardinier en herbe a vite fait d’utiliser trop d’eau !

Arrosage tuyau gouttes à gouttes

Le tuyau à trous est une solution efficace et simple à installer. Directement relié au réseau d’eau, l’arrosage est effectué en un seul geste. Il suffit d’actionner la vanne ou de tourner le robinet pour arroser l’ensemble du potager en une seule fois.

À basse pression, l’eau est diffusée dans les goutteurs du tuyau à des points précis du potager. C’est l’avantage par rapport aux tuyaux poreux qui diffusent de l’eau sur toute leur longueur. Le tuyau à trou ou muni de goutteurs permet un arrosage sur-mesure qui évite le gaspillage et respecte le besoin en eau des plantes.


Départ en vacances ou absence prolongée

Arrosage en goutte à goutte
Arrosage en goutte à goutte
Pour donner de l’eau à vos plantes de manière précise et sans oubli, il existe des systèmes d’arrosage automatique comme le goutte-à-goutte que nous avons testé pour vous.

Le principe est simple : laisser l’eau infiltrer le sol à très faible débit, pour maintenir une bonne humidité au pied de tous les plants.

Les départs en vacances sont souvent synonymes de casse-tête pour l’arrosage du potager. Le goutte à goutte est un un système idéal lors d’absences prolongées. Autonome et simple à installer, c’est une solution satisfaisante pour l’arrosage du potager en votre absence.

Pour avoir testé l’arrosage goutte-à-goutte en bouteille, je trouve que c’est efficace pour les plants comme les tomates, aubergines, choux, piments…, moins adapté pour les plantations en lignes (radis, carottes…).


Quand arroser son potager ?

À chaque saison correspondent des règles d’arrosage qui tiennent compte de la température et de l’humidité ambiante. Si vous traversez des nuits hivernales rudes, arrosez de préférence le matin lorsque la température remonte : vos plants ne risqueront pas le gel pendant la nuit et l’humidité sera conservée tout au long de la journée.

Pendant un été chaud et sec, il faudra plutôt privilégier un arrosage le soir, lorsque les températures baissent afin :

  • de limiter l’évaporation
  • d’éviter de brûler les feuilles exposées au soleil

Certaines plantes préféreront un arrosage matinal (comme les tomates), tandis que d’autres s’épanouiront plutôt sous un arrosage nocturne ou en continu.


Faut-il privilégier l’eau de pluie ?

Un potager varié nécessite jusqu’à 20 L d’eau par m². Pour ne pas vous ruiner en eau potable, et si vous n’avez pas accès à un forage, utiliser l’eau de pluie est alors la solution qu’il vous faut !

Pour collecter l’eau de pluie, vous pouvez installer un contenant en bois ou en zinc en bas de vos gouttières, ou dans une cuve dédiée, hors sol ou enterrée.

L’eau de pluie ne présente que des avantages pour vous comme pour vos plantes

  • elle est gratuite
  • selon les régions elle est abondante
  • elle est pauvre en sels minéraux et ne contient ni chlore ni fluor, contrairement à l’eau du robinet
  • son pH est doux car elle est pauvre en calcaire
  • elle est à température ambiante

Économiser l’eau grâce au paillage

Paillage du potager pour économiser l'eauPour conserver un sol frais et humide en toute saison tout en économisant sur votre consommation d’eau, vous pouvez multiplier les petits gestes écologiques. Ainsi, en plus de récupérer les eaux de pluie et d’installer un arrosage par goutte-à-goutte, vous pouvez pailler le sol au pied de vos plants. En effet la paille naturelle ou les déchets de désherbage retiendront l’humidité dans la terre et empêcheront son évaporation, même pendant les périodes de forte chaleur.

Pour compléter le paillage, pensez à créer une cuvette à chaque pied et à creuser des sillons entre vos rangées de plantation : ce travail de la terre jouera un rôle protecteur en conservant l’eau plus longtemps au niveau des racines.

Vous pouvez également biner régulièrement la couche superficielle de terre, pour l’aérer et lui conférer une irrigation plus importante.


Pourquoi ne faut-il pas arroser les feuilles de tomates ?

Plant de tomates en plein croissanceLes feuilles de vos plants tomates ne supportent pas d’être arrosées !

Malheureusement, un excès d’arrosage favorise l’apparition de champignons comme le mildiou, ennemi féroce des tomates bien connu de tous les jardiniers.

De même, si vous constatez que les feuilles de vos plants de tomates se recroquevillent, c’est sans doute parce que vous les avez trop arrosées : elles moisissent et finissent par tomber.

Pour vous en prémunir, pensez à arroser vos tomates le matin pour que les feuilles aient le temps de sécher rapidement sous le coup du lever du soleil et de la montée des températures.