Qu’on soit un expert du bricolage et des travaux dans la maison, s’improviser ramoneur n’est jamais sans risques. Qu’en pense votre assureur ?

Entretenir régulièrement sa cheminée soi-même

Si une cheminée très encrassée est dangereuse (risques d’incendie ou d’intoxication au monoxyde de carbone), une cheminée même légèrement encrassée n’est jamais souhaitable.

Une cheminée mal entretenue donne en effet un mauvais tirage et vous fera dépenser plus de bois.

Conduit de cheminée vu de l'extérieur.

Il vaut donc mieux l’entretenir régulièrement, et ce en plus du ramonage obligatoire, annuel ou biannuel. Pour cela deux options s’offrent à vous :


Le ramonage chimique

Ce ramonage ne remplace en aucun cas le ramonage mécanique, mais il est complémentaire. Pour réaliser ce type d’entretien, on utilise une poudre de combustibles ou une bûche de ramonage.

Ces produits dégagent des fumées dont le rôle est de rendre plus friables (mais aussi moins inflammables) les résidus formés avec le temps dans les conduits de poêle ou de cheminées.

Attention, il faut nettoyer vos conduits au hérisson après cette opération afin d’éliminer les résidus décrochés qui pourraient boucher vos conduits.

Il faut être très prudent avec ce type de ramonage : si vous avez le moindre doute, faites intervenir un professionnel.

Poêles à bois en fonte en fonctionnement.


Le ramonage mécanique

Aussi appelé ramonage manuel, le ramonage mécanique est la méthode traditionnelle de nettoyage de tout conduit de poêle, cheminée ou chaudière à bois.

Elle consiste dans le décollage des suies, saletés et poussières accumulées après plusieurs flambées à l’aide d’un hérisson.

Seul ce type de ramonage permet une utilisation optimale d’un appareil de chauffe, et seule sa réalisation par un professionnel peut assurer que votre appareil ne présente aucun danger d’utilisation.

Si je ramone moi-même ma cheminée, suis-je couvert par mon assurance ?

Par souci d’économie ou d’organisation, on peut être tenté de réaliser soi-même le ramonage de son poêle ou de sa cheminée. Si cela est techniquement possible, un ramonage maison ne sera jamais valable aux yeux de la loi.

À défaut du ramonage annuel obligatoire (deux ramonages dans certaines villes dont Paris), vous encourez donc une amende, pouvant s’élever à 450 euros.

Vous ne pourrez donc pas faire l’impasse ! Si, malgré tout, vous estimez savoir réaliser correctement un ramonage vous-même (et que vous ne craignez pas de contrôle), sachez que votre assureur aussi vous demandera des comptes en cas d’incendie.

En effet, si vous êtes victime d’un feu de cheminée, votre assurance est en droit de vous demander un certificat de ramonage. À défaut, votre assureur pourra juger que vous avez été négligent et refuser de couvrir une partie de vos frais, ou… leur totalité.