Un matin, vous découvrez avec désarroi quelques feuilles bizarrement découpées sur les bords, à la manière d’une dentelle. C’est certainement les premiers signes d’une attaque d’otiorhynque.

Si l’adulte n’est guère dangereux, la larve est plus sournoise. Nos conseils pour les reconnaître et lutter biologiquement contre ces envahisseurs.

L’otiorhynque, un insecte coléoptère, cousin des charançons

L’otiorhynque (Otiorhynchus) est un petit coléoptère d’environ 10 mm de longueur au rostre pointu et à la tête allongée en forme de trompe. Comme il s’active essentiellement la nuit et se cache le jour au pied des plantes, vous n’aurez guère de chance de le croiser.

Fin mai, l’otiorhynque adulte sort d’hivernation. Et il est plutôt affamé ! Alors, il va dévorer tous les végétaux qui lui tombent sous les mandibules.

C’est pendant cette période de 4 à 5 jours que les jardiniers découvrent les traces de son festin sur les feuilles.

L'otiorhynque, un insecte coléoptère
L’otiorhynque, un insecte coléoptère / © Jean-Michel BERNARD Flickr.com

Une fois rassasiée, la femelle pond, dans le sol, des centaines, voire des milliers d’œufs qui éclosent environ trois semaines après.

Comme les pucerons, les otiorhynques se multiplient par parthénogenèse, c’est-à-dire sans accouplement. C’est ainsi que naissent les larves qui vont rester dans le sol pendant de longs mois. Et faire des dégâts irrémédiables sur les racines des végétaux.

Reconnaissables à leur corps arqué blanc jaunâtre et à leur tête brune, les larves mesurent également 1 cm.

Physiquement, ces larves sont assez proches de celles de l’altise. Un seul critère permet de les différencier : la larve d’altise possède trois paires de pattes, celle de l’otiorhynque n’en a pas.

Quant aux larves de cétoine dorée, elles se trouvent dans le compost et sont plus grosses. Et les larves de hanneton, plus grosses, elles sont aussi dotées de pattes.

Les années aux étés chauds et aux hivers doux, sans beaucoup d’intempéries, accentuent la prolifération de l’otiorhynque.

À quels végétaux s’attaquent l’otiorhynque ?

Quand l’otiorhynque a faim, il ne fait guère le difficile ! Donc, l’adulte peut se goinfrer d’une multitude de végétaux, dont il va grignoter et perforer les feuilles, de leur périphérie au centre.

À tel point que certains le surnomment le poinçonneur des lilas !

Visiblement, il est donc assez simple de le repérer car les feuilles sont découpées en dentelle.

Feuilles découpées par l'otiorhynque.
Feuilles découpées par l’otiorhynque.

Les dégâts sont souvent d’ordre esthétique, même s’ils affaiblissent la plante.

Le travail de sape de la larve est plus insidieux car elle s’attaque aux racines et au collet des végétaux qui finissent par s’étioler et mourir.

Plusieurs végétaux entrent au menu des otiorhynques qui sont, par définition, polyphages :

  • Les arbustes d’ornement : lilas, rhododendron, azalée, camélia, fusain, cotonéaster, troène, laurier, photinia, viorne, eleagnus, hortensia…
  • Les vivaces ou annuelles telles que l’heuchère, le muguet, le saxifrage, le sedum, l’astilbe, la bruyère, le sempervivum, le phlox, l’impatiens, le cyclamen…
  • Les fruitiers comme les framboisiers, les fraisiers, la vigne…

Les adultes et les larves d’otiorhynques s’attaquent aussi très facilement aux végétaux cultivés en pot. Ou ceux qui sont installés en pleine terre depuis de longues années.

Quels traitements pour se débarrasser des otiorhynques?

Pour lutter contre la plupart des ravageurs, la prévention est primordiale.

Ainsi, les larves auront plus de difficulté à s’installer sur un sol paillé, par exemple avec des cosses de sarrasin ou de la sciure de bois, très efficaces.

Otiorhynque en plein festin
Otiorhynque en plein festin / © Michel Marie Flickr.com

De même, un sol bien travaillé et ameubli est un frein pour la ponte des œufs tout comme le binage près du collet des végétaux permet de déloger les larves.

Enfin, il est recommandé de diviser les végétaux qui peuvent l’être lorsqu’ils sont plantés depuis longtemps.

Les musaraignes et les hérissons sont aussi des croqueurs d’otiorhynques.

Les nématodes

La pulvérisation de nématodes du genre Heterorhabditis bacteriophora est le traitement le plus efficace qui soit contre les otiorhynques.

Voici le produit efficace que j’achète NemaTop Nématodes HB

C’est aussi une solution naturelle, utilisable en agriculture biologique, qui n’a aucun impact sur l’environnement, la faune et la flore de votre potager.

Nématodes vues au microscope
Nématodes vues au microscope / © snickclunk Flickr.com

Il s’agit de vers filiformes, longs de moins de 1 mm, entomopathogènes. Ce qui signifie qu’ils parasitent les larves en pénétrant dans leur corps et ce dans le but de se reproduire.

Les larves d’otiorhynques finissent par mourir car ces nématodes excrètent des bactéries qui empoisonnent l’insecte hôte.

Une fois qu’ils se sont reproduits, les nématodes migrent et vont parasiter d’autres otiorhynques.

Conditionnées en sachets, ces nématodes se dissolvent dans de l’eau et se pulvérisent ou sont répartis à l’arosoir sur les surfaces infestées.

En revanche, il est primordial de respecter certaines conditions pour appliquer les nématodes :

  • Une température de la terre comprise entre 12°C et 30 °C
  • Un sol suffisamment humide avant l’application. De même, il devra rester humide pendant les deux semaines qui suivent le traitement. Attention, humide ne veut pas dire gorgé d’eau
  • Un temps nuageux ou pluvieux le jour de l’application
  • L’application se fait le matin ou le soir, quand les rayons UV sont plus faibles

Quant à la préparation des nématodes, elle se fait aussi en appliquant à la lettre quelques règles strictes. Donc, il est obligatoire de suivre les instructions indiquées sur les sachets ou emballages.

Globalement, les nématodes se diluent dans 10 à 20 litres d’eau à température ambiante, autour de 15 à 20 °.

Il suffit de verser le sachet, et de remuer quelques minutes pour que les nématodes se dispersent et s’hydratent.

Ensuite, il ne reste plus qu’à transférer, avec le volume d’eau indiqué, toujours à température ambiante, dans le récipient choisi.

Traitement pour lutter contre l'otiorhynque
Traitement pour lutter contre l’otiorhynque.

Vous pouvez utiliser un arrosoir ou un pulvérisateur équipé d’une buse au diamètre d’au moins 0,8 à 1 mm, avec une pression jamais supérieure à 5 bar.

Tout au long du traitement, il est recommandé de remuer pour que les nématodes ne retombent pas au fond.

La pulvérisation se fait bien sur le sol, et non sur les plantes.

Une fois la pulvérisation achevée, il est très important d’irriguer à nouveau afin de faciliter la pénétration des nématodes vers le système racinaire, là où sont installées les larves.

La meilleure période pour éliminer les larves se situe entre septembre et octobre, période à laquelle elles sont nées. Le traitement peut être renouvelé au printemps.

Les nématodes ayant une durée de vie limitée d’environ 6 semaines, il est important de les utiliser rapidement après leur achat. Et surtout de bien respecter la date limite de conservation indiquée sur le contenant.

Si vous ne pouvez pas les utiliser immédiatement, les nématodes peuvent être conservés au réfrigérateur à une température comprise entre 5 et 8 °C.

De même, un sachet entamé doit être utilisé en une seule fois.

Les autres solutions

Outre les nématodes, d’autres solutions, plus aléatoires, existent :

  • La pulvérisation d’infusion de tanaisie
  • Le ramassage manuel des adultes de nuit !
  • Le lâcher de poules dans votre jardin
  • L’utilisation du thym et du romarin, ou de l’ail.

Pensez aussi à vérifier la motte des végétaux que vous achetez en pot car les larves aiment s’y abriter.