Si vous êtes ramasseur de champignons, n’imaginez pas que décembre se prête plus au farniente au coin du feu qu’à la cueillette. En effet, en décembre, on peut encore faire de belles récoltes!

La chanterelle grise (Craterellus tubaeformis)

Certains champignons survivent très bien à la rigueur de l’hiver, au gel, et même à la neige. De plus, vous risquez d’être seul et bien tranquille dans les bois !

En décembre, ce sont surtout les chanterelles grises, également appelées chanterelles en tube, que l’on va récolter. Elles se trouvent facilement sous les conifères en montagne où elles poussent en groupe.

La chanterelle grise
La chanterelle grise “Craterellus tubaeformis”

Il n’y a que la neige qui l’arrête !

On la reconnaît à ses plis épais, très espacés, gris brun à gris jaunâtre, et son chapeau en entonnoir à bord ondulé, légèrement brun à brun jaune.


Le pied de mouton (Hydnum repandum)

Facile à reconnaître, le pied de mouton est commun principalement sous les feuillus mais aussi sous les conifères. Il pousse encore après les premières gelées./p>

Le pied de mouton
Le pied de mouton “Hydnum repandum”

Il se démarque par un chapeau, bosselé et enroulé vers l’intérieur, et des aiguillons décurrents le long du pied blanc crème.

La chair de ce champignon est cassante. Il pousse en groupe serré.

Le pied bleu (Lepista nuda)

Le pied bleu porte bien son nom puisqu’il se reconnaît à son pied et à ses lames violets. Quant au chapeau, il est lisse et bombé, de couleur violacée.

Le pied bleu
Le pied bleu “Lepista nuda”

Il pousse généralement en cercle dans les bois de feuillus.

Il se cache souvent les feuilles. On peut le ramasser en automne jusqu’aux premières gelées.


La trompette de la mort (Craterellus cornucopioides)

Avec la trompette de la mort, il ne faut surtout pas se fier aux apparences. Derrière ce nom (qui cache un champignon délicieux!), on trouve un champignon au chapeau en forme d’entonnoir, directement relié au pied, gris noir à noir, rappelant une trompette.

La trompette de la mort
La trompette de la mort “Craterellus cornucopioides”

Les bords du chapeau sont lobés et irréguliers.

Ce champignon se trouve dans les forêts de feuillus où il passe souvent inaperçu de par sa couleur.

Le pleurote d’hiver (Pleurotus ostreatus)

Comme son nom latin le suggère, le pleurote d’hiver est également appelé pleurote en huître. En effet, son chapeau en éventail assez large évoque le fruit de mer.

Le pleurote d'hiver
Le pleurote d’hiver “Pleurotus ostreatus”

Ce chapeau affiche une couleur grise et un aspect un peu gras. Les lames sont blanches, le pied court et courbé.

Le pleurote d’hiver pousse en touffe serrée sur les troncs morts ou abîmés de feuillus comme les peupliers, les bouleaux…


La coulemelle (Macrolepiota procera)

C’est un champignon que l’on trouve encore en hiver s’il est particulièrement doux. De belle hauteur (25 à 35 cm), la coulemelle se nomme aussi lépiote élevée.

La coulemelle
La coulemelle “Macrolepiota procera”

On la distingue par son chapeau gris brun, recouvert d’écailles, son pied creux doté d’un anneau double aux bords déchirés et aux lames libres.

Il se rencontre dans les bois de feuillus, les prairies ou les lisières de chemins.

Le coprin chevelu (Coprinus comatus)

C’est un champignon délicieux lorsqu’il est jeune. Il se trouve encore en fin d’automne si la météo est clémente.

Le coprin chevelu
Le coprin chevelu “Coprinus comatus”

On le récolte à l’orée des bois et dans les pelouses. C’est un champignon haut (5 à 20 cm) de forme ovoïde et allongée.

Son chapeau semble paré de cheveux, son pied est creux. Il faut le récolter lorsqu’il est blanc.

La collybie à pied velouté (Flammulina velutipes)

C’est typiquement un champignon hivernal qui sort souvent après les premières gelées. Il pousse en touffe dense sur les feuillus, morts ou vivants.

La collybie à pied velouté
La collybie à pied velouté “Flammulina velutipes”

On le reconnaît à son chapeau orangé, couvert d’une pellicule, et d’aspect visqueux.

Son pied est recouvert d’un velours pâle au sommet, brun foncé en bas.