Vous l’apprenez peut-être comme moi, mais la commercialisation du purin d’ortie était, jusqu’à la semaine dernière, interdite en France. En effet, un arrêté paru le 28 avril 2011 au journal officiel vient mettre fin à cinq années de “prohibition”.
Cette autorisation s’inscrit dans le cadre du plan Ecophyto 2018 visant, entre autres, à mettre en avant des solutions alternatives aux pesticides chimiques.
Mais (oui il y a tout de même un “mais”), afin d’être homologuée pour la vente, la préparation va devoir suivre une recette fournie en annexe de l’arrêté.

Voici la fameuse recette de la potion magique :

Faire macérer les feuilles d’orties (choisir des pousses jeunes et non montées en graines) dans de l’eau (eau de pluie ou de source de préférence) à raison de 1 kg pour 10 litres d’eau, sans aucun autre ajout. La fermentation peut être facilitée si l’ortie est préalablement hachée.

Jusque-là tout va bien

Brasser le mélange tous les jours.

Bien, pas de problème

Laisser macérer 3 à 4 jours à 18 °C pour obtenir un effet insecticide et fongicide.

Euh.. Combien de jours dites-vous ? 3 à 4 ? C’est bien sur ce point que certaines polémiques commencent à voir le jour. La macération complète de l’ortie devrait, à cette température, être d’environ 15 jours. En raccourcissant cette période, on obtient une version “diluée” du purin. Mais ne nous arrêtons pas à ce point, continuont jusqu’au dernier point de la recette.

Filtrer la macération et diluer le filtrat dans environ 5 fois son volume d’eau (eau de pluie ou de source de préférence) dans un récipient fermé et identifié.

La où l’on conseille généralement une dilution de 1 pour 10, la “recette officielle” nous propose 1 pour 5. Cela n’est pas complètement idiot puisque la fermentation n’est pas arrivée à son terme après 4 jours, le liquide sera moins concentré.

Rassurez-vous, vous ne devriez pas voir débarqué le GIGN chez vous si vous continuez à faire votre purin en suivant la recette de votre grand-mère ! Cet arrêté ne visant que le chapitre commercialisation.
Si vous souhaiter consulter l’article de loi (bon courage), vous le trouverez sous le charmant nom de AGRG1110856A ou dans l’édition du 28 avril 2011 du journal officiel.