À moins d’avoir la chance d’habiter sur le pourtour méditerranéen, le mois de décembre (voire novembre dans certaines régions ou suivant les conditions climatiques) est le mois pour protéger les plantes les plus frileuses du froid hivernal. Plusieurs méthodes d’hivernage sont adoptables suivant la rusticité des plantes.


Pourquoi protéger les plantes du froid ?

Certaines plantes, fréquemment cultivées en pleine terre dans nos jardins, ou bien en pot sur nos balcons et terrasses, ne sont pas adaptées à la rigueur de nos hivers, dans certaines régions.

Premières gelées dans le jardin

En effet, si le pourtour méditerranéen et le littoral atlantique sont plutôt peu sujets aux gelées, ailleurs, le froid, l’humidité, le vent et le gel peuvent être très néfastes.

Pour autant, il faut distinguer les plantes gélives des plantes frileuses. Les plantes gélives sont non rustiques et ne supportent aucune température au-dessous de 0°C, voire – 2 °C au maximum. Et encore de façon exceptionnelle.

En revanche, certaines plantes sont simplement frileuses, ce qui signifie qu’elles peuvent accepter de petites gelées (autour de – 5 à – 7 °C) mais uniquement sur de courtes périodes.

Quant aux arbres, arbustes ou vivaces rustiques, ils peuvent supporter des températures à partir de – 10 à – 15 °C, voire beaucoup plus pour certains, sans avoir à être protégés.

pommier gel

L’essentiel étant de bien connaître la rusticité de ses plantes, mais aussi le climat de sa région.

Les plantes les plus frileuses à hiverner à l’abri

Les plantes les moins tolérantes au froid sont les plantes exotiques, tropicales ou semi-tropicales qui ne supportent pas les températures inférieures à 0°C.

Ces plantes doivent être hivernées à l’abri, idéalement dans une pièce lumineuse dotée d’une température avoisinant 10 à 12 °C.

En effet, ces plantes ont besoin d’une certaine fraîcheur pendant leur période de dormance. Une véranda non chauffée ou un jardin d’hiver sont parfaits. En revanche, il n’est pas recommandé de garder ces plantes pendant tout l’hiver dans nos intérieurs chauffés.

Cordyline
Cordyline

Entrent dans la catégorie des plantes frileuses à hiverner à l’abri :

  • Les agrumes (citronniers, orangers, pamplemoussiers, mandariniers…)
  • Les cactus gélifs
  • Les bananiers
  • Les cordylines
  • Les petits arbustes comme les bougainvilliers, les lantanas, les abutilons, les brugmansias, les solanums, les lauriers-roses les moins rustiques…
  • Les plantes fleuries comme le dipladénia, le pelargonium, le fuchsia, le strelitzia…

Ces plantes et arbustes devront être arrosés très modérément, une à deux fois par mois environ.

Les plantes qui se protègent par un paillage

D’autres plantes, dotées d’une rusticité plus élevée, peuvent rester à l’extérieur. Pour autant, un paillage sera nécessaire pour les aider à supporter les rigueurs de l’hiver.

Ce paillis d’hiver se pose au pied des plantes ou sur la souche des plantes qui résistent au gel jusqu’à – 8 à – 10 °C.

Bois raméal fragmenté BRF
Bois raméal fragmenté BRF

Pour pailler ces plantes moyennement gélives, on peut utiliser différents types de paillis : les paillages du commerce (chanvre, lin, miscanthus…), les feuilles mortes, la paille, le broyat issu de la taille des arbres ou arbustes ou BRF (Bois raméal fragmenté), les tontes de gazon, les paillis minéraux qui absorbent et restituent la chaleur.

Paillage de feuilles mortes

Les plus efficaces (et les moins onéreux !) sont certainement les feuilles mortes et la paille en couche d’au moins 20 cm.

Seront paillés :

  • Les vivaces au feuillage caduc ou semi-persistant : crocosmia, alstroemère, agapanthe, hédychium, arum, acanthe, penstemon, gaura, sauge arbustive, kniphophia…
  • Agaves et mangaves, certains phormiums et cordylines, papyrus…
  • Des arbustes comme l’escallonia, le lilas des Indes (Lagerstroemia), le camélia…