Des légumes complètement flétris, des racines de carottes ou betteraves rongées, bulbes de tulipes qui se volatilisent littéralement… et surtout des petits trous de quelques centimètres de diamètre qui parsèment votre potager.

Le doute n’est guère permis, les mulots ont élu domicile chez vous, occasionnant des dégâts importants. Je vous donne quelques trucs ou astuces pour chasser ces charmants petits rongeurs loin de votre potager.

Les mulots, des rongeurs mignons, dotés d’un appétit insatiable

À moins de monter une toile de tente dans votre potager pour y passer la nuit, il vous sera difficile de tomber nez à nez avec le mulot, un rongeur qui appartient au genre Apodemus.

Et si tant est que vous voyez filer entre vos pieds un de ces petits mammifères aux dents acérées, il vous faudra une vision tout aussi acérée pour l’identifier.


Comment identifier le mulot?

Mulot, Apodemus sylvaticus
Mulot, “Apodemus sylvaticus”.
En effet, dans l’esprit de la plupart des jardiniers (et de la population en général), le mulot entre dans la même catégorie que les souris, les campagnols, les rats des champs, les musaraignes… Or, tous ne sont pas nuisibles ou à des degrés divers. À titre d’exemple, la musaraigne est insectivore et se veut une alliée de poids dans le potager.

Mais revenons à nos mulots… Long de 10 cm environ (auxquels il faut ajouter une queue presque aussi longue), le mulot est doté d’oreilles en pointe, de poils tactiles brun-roux (avec une rayure noire sur le dos pour le plus courant des mulots) et d’un ventre blanc.

Il se nourrit de tout ce qui lui tombe sous les dents, graines, fruits, racines, bulbes, baies et bourgeons mais aussi des insectes, larves et vers. Plutôt nocturne, il creuse de minuscules galeries ou chipe celles des taupes ou du campagnol.


Un rongeur envahissant et nuisible

Comme tous les rongeurs, les incisives du mulot poussent tout au long de sa courte vie (un an !), ce qui explique cette propension à ronger. L’autre particularité du mulot réside dans ses pattes arrière, plus développées que les pattes arrière, ce qui lui permet de bondir.

S’il vit principalement entre le crépuscule et l’aube, une partie de ses journées est occupée à creuser ses galeries, munie de plusieurs issues, pour élever sa (nombreuse) progéniture.

Madame mulot peut en effet donner naissance à près de 70 bébés dans sa vie, qui se reproduiront à leur tour.


Une utilité au potager malgré tout

Le mulot creuse donc il aère la terre. De plus, il met aussi à son menu des larves d’insectes ravageurs, comme celles du hanneton ou les taupins, des escargots ou des limaces.

De même, si le mulot a investi votre potager, c’est parce qu’il est accueillant de par les bonnes pratiques de jardinage que vous y appliquez. Et s’il est attractif pour le mulot, il risque de l’être aussi pour ses prédateurs naturels. Pour autant, il provoque d’importants dégâts.

Comment se débarrasser efficacement des mulots

Il existe de nombreuses techniques pour chasser le mulot. D’emblée, nous allons faire l’impasse sur les pièges vulnérants comme les tapettes, ou encore la mort-aux-rats, qui tuent l’animal dans d’atroces souffrances.

Mieux vaut le chasser que l’exterminer. Des pièges existent qui enferment simplement l’animal dans une mini-cage.

Il suffit d’emmener le mulot vivant loin de votre jardin, mais, à l’allure où ce charmant petit animal se reproduit, les allers et retours dans les bois avoisinants risquent de vous lasser…

Les solutions pour se débarrasser efficacement des mulots.
Les solutions pour se débarrasser efficacement des mulots.

Les solutions douces grâce aux répulsifs naturels

Certaines odeurs incommodent réellement le mulot, à commencer par celle du sureau noir, un arbuste très répandu dans nos campagnes mais que vous pouvez aussi planter au sein d’une haie fruitière.

Pour repousser le mulot avec le sureau, deux solutions sont envisageables. Soit, vous récoltez des feuilles que vous froissez et vous les posez à l’entrée des galeries visibles dans votre potager, soit vous fabriquez du purin de sureau.

La recette :

  • Récoltez 100 à 200 g de feuilles de sureau et hachez-les grossièrement
  • Faites macérer ces feuilles dans un litre d’eau, pendant 3 à 5 jours, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de bulles en surface.
  • Filtrez le purin à l’aide d’une gaze fine
  • Pulvérisez ce purin de sureau pur à l’entrée des galeries et autour des plantes potagères susceptibles d’attirer les mulots
  • Renouvelez l’opération 3 jours après.

Des gousses d’ail disséminées peuvent aussi s’avérer efficaces tout comme le tourteau de ricin, vendu comme engrais de fond. Attention, le tourteau de ricin étant très toxique, il est à déconseiller si des enfants ou des animaux fréquentent votre potager. Vous pouvez aussi planter du ricin mais les risques restent les mêmes.

Certaines plantes jouent aussi un rôle dissuasif. Tout en apportant une touche esthétique et ornementale à votre potager. Ainsi, vous pouvez planter aux abords de votre jardin des fritillaires imperialis, des plantes à bulbes qui produisent des fleurs en couronne jaunes ou orange et dégagent surtout des odeurs assez fortes.

L’euphorbe des jardins ou euphorbe épurge est également réputée pour faire fuir les mulots et les taupes, tout comme les incarvillées, des plantes vivaces très décoratives qui offrent de jolies fleurs en trompette de différentes couleurs.

Comment attirer les prédateurs des mulots ?

Parmi les prédateurs, il en est un qui est particulièrement efficace, c’est le chat. Sauf, que, comme son maître, il ne fait guère la différence entre la musaraigne et le mulot !

D’autres prédateurs se montrent aussi relativement compétents dans la chasse aux mulots. J’ai nommé le renard, la belette et la fouine (gare à vos poules si vous en avez!) ou, plus inoffensifs, les rapaces nocturnes que sont les chouettes et les hiboux.

Pour les inviter dans votre jardin, confectionnez-leur des nichoirs adaptés à leur taille qui seront placés en hauteur dans un arbre.


Comment protéger les bulbes et racines des arbustes?

Si les mulots pullulent et s’attaquent systématiquement aux bulbes de tulipes, jacinthes, crocus ou dahlias et les racines des arbustes nouvellement plantés, vous pouvez utiliser des paniers à bulbes en plastique ou des cages grillagées à mailles fines faits maison.