Publié le 3 avril 2024 par Solenne Ricard.

Plus qu’une activité horticole, cultiver des rosiers est aussi une passion pour de nombreux jardiniers. Ces plantes exigent de l’attention et de la patience, mais offrent en retour des fleurs éclatantes et parfumées. Les jardiniers, en prenant soin des rosiers, entretiennent une relation spéciale avec la nature, contribuant ainsi à la beauté et à la diversité des jardins. Vous êtes nombreux (ses) à nous poser des questions au sujet des roses et rosiers. Voici un lot de réponses que nous pouvons vous apporter.

Quelle est la meilleure époque pour planter les rosiers ?

Les rosiers peuvent être plantés de la mi-octobre à la fin du mois de Mars. La période d’achat de ces rosiers importe beaucoup : les plantes en racines nues doivent être mises en terre après l’achat.

Plantation des rosiers

L’automne est le moment idéal pour planter les rosiers vendus en “racines nues”. Si vous achetez vos arbustes en conteneurs, ils pourront être transplantés à tout moment de l’année, à condition de ne pas briser la motte et d’arroser.


Les rosiers sont-ils exigeants en matière de sol et d’exposition ?

Les rosiers poussent dans la plupart des sols; ils préfèrent néanmoins des terres riches et humifères. Ils fleurissent beaucoup plus dans des terrains argilo-siliceux, là où la terre colle aux pieds lorsqu’il pleut, mais bien drainés.

Les rosiers ne redoutent que les sols trop calcaires : ils restent chétifs, fleurissent mal et ne résistent pas longtemps. Quant à l’exposition, ils fleurissent abondamment en exposition ensoleillée. Ils supportent aussi aisément les endroits ombrés, leur floraison sera peut-être un peu moins prospère!.

Comment lutter contre la Rouille du rosier ?

Des petites pustules jaunes poussiéreuses devenant noires en automne, apparaissent à la face intérieure des feuilles. Des tâches jaune-orange apparaissent sur la face supérieure. Les feuilles malades tombent.

Rouille rosier

Pour lutter, enlevez les feuilles malades ou tombées et brûlez-les. Traitez la plante avec un produit à base de soufre. Lutte préventive : plantez les rosiers assez rapprochés en choisissant des emplacements ensoleillés et bien aérés. Veillez à un apport suffisant de potassium.

Fertiligène FSOUF75 - Soufre Minéral...
  • UN ANTI-MALADIES POLYVALENT : Le soufre minéral Fertiligène est à base de soufre, matière active d’origine minérale. Ce fongicide...

Comment lutter contre les pucerons sur mes rosiers ?

Les pucerons apparaissent dès le printemps et se regroupent en colonies sur les extrémités des pousses et des boutons floraux. Traitez dès le début de leur apparition avec un insecticide.

Fertilisez régulièrement car les plantes bénéficiant d’une nourriture équilibrée supportent beaucoup mieux les attaques de pucerons que les plantes affaiblies.


Peut-on bouturer les rosiers ?

Bien-sûr! Cette technique reste moins onéreuse que l’achat d’autres rosiers. A la fin de l’été ou au tout début de l’automne.

Prélevez une douzaine de sections de tiges de l’année: pratiquez une section penchée au-dessus du dernier nœud supérieur, et une coupe droite sous le nœud inférieur. La bouture doit être longue d’environ 30cm.

Otez ensuite tous les bourgeons sauf trois ou quatre à l’extrémité supérieure, ainsi que toutes les feuilles et les épines. Les boutures seront ensuite dressées dans un sol de terre friable (environ 10cm) sous laquelle une couche de sable d’environ 2,5cm aura été disposée; la base de la bouture devant être dans le sable.

Laissez ainsi au-moins jusqu’au printemps suivant, période durant laquelle les boutures auront produit des feuilles, des tiges et des racines. En novembre, transplantez le jeune rosier à son emplacement définitif, sans briser la motte de racines.


Puis-je mettre des rosiers sur un talus ?

Bien-sûr mais pas n’importe lesquels. Il faut en effet choisir des rosiers tapissants, qui sont naturellement étalés et très ramifiés. Leur hauteur peut varier de 30cm à plus de 80cm et leur diamètre de 80cm à 2m. Comptez en moyenne 2 ou 3 plants par m².

Une pellicule blanche recouvre les feuilles et les fleurs de mes rosiers. De quoi s’agit-il?

Il s’agit de l’oïdium (ou maladie du blanc). C’est un champignon microscopique qui forme un feutrage blanchâtre sur le feuillage et les fleurs. Combattez cette maladie à l’aide d’un fongicide à base de soufre.

Promo
KB KMARO35 - Anti-Maladies des Rosiers...
  • UN ANTI-MALADIES POUR LES ROSIERS : L'anti-maladies rosiers KB est un fongicide qui élimine l'oïdium et les taches noires sur tous les types de...

L’hiver, prenez la précaution de pulvériser vos rosiers à la bouille bordelaise. Ce produit fongicide agit préventivement contre les chancres et les maladies des rosiers.


Comment procéder à la taille des rosiers ?

Les règles suivantes peuvent s’appliquer à tous les types de rosiers :

  • On commence par nettoyer les rosiers en supprimant les bois morts et les rameaux trop grêles * rajeunissez vos rosiers en limitant le nombre de ramifications : les branches faibles et malingres ne seront jamais assez vigoureuses pour porter des fleurs.
  • taillez ensuite : il faut sectionner quelques centimètres au-dessus d’un bourgeon qui produira les futures branches. Sélectionnez des bourgeons poussant vers l’extérieur de l’arbuste, le centre sera toujours dégagé et le port plus esthétique.

Plusieurs types de taille sont à réaliser, en fonction du type de rosiers

Les rosiers-buissons non remontants se taillent au cœur de l’été, une fois la floraison passée. Supprimez les fleurs fanées et réduisez les branches d’environ la moitié de leur longueur.

De temps en temps, renouvelez la charpente en coupant les tiges âgées près de la souche. En fin d’hiver, épointez les pousses qui ont souffert du gel. Dans tous les cas, veillez à conserver le centre du buisson bien aéré.

Les rosiers-buissons remontants se taillent en février, dès que l’on commence à distinguer les bourgeons. Coupez chaque rameau au-dessus du 2ème ou du 3ème œil si la végétation est normale, au-dessus du 4ème ou 5ème bourgeon sur les rosiers très vigoureux. En automne, vous pouvez rabattre l’ensemble de la touffe à 50 cm au-dessus du sol de façon à ne pas avoir un squelette de rosier tout dégarni et inesthétique.

Les rosiers-arbustes demandent moins d’entretien. Cependant, afin qu’ils ne se dégarnissent pas trop, supprimez de temps en temps les branches anciennes et rabattez les autres de la moitié de leur longueur. Lorsqu’il y a trop de tiges, n’hésitez pas à en supprimer une bonne partie de façon à ce qu’il soit moins encombrant.

Les rosiers couvre-sol ne se taillent pas. Contentez-vous, si cela vous semble nécessaire, de couper les branches qui se redressent ou qui déséquilibrent la forme générale. Sur les rosiers tiges, taillez, en fin d’hiver, la partie haute pour que l’ensemble conserve une forme harmonieuse : boule, parasol, cascade, etc. Ne soyez pas trop sévère. Par contre, éliminez toutes les pousses qui naissent sur la tige.

Enfin, les rosiers grimpants se taillent en février ou mars s’il s’agit de variétés remontantes, après la floraison pour les non remontantes. Les plus grosses branches sont réduites d’un tiers de leur longueur. Les pousses latérales sont taillées au-dessus du 2ème au 5ème œil selon la vigueur. Là aussi, rajeunissez le sujet en coupant les tiges âgées près de la souche.


Eliminer les gourmands

Il s’agit de pousses qui naissent à la base des végétaux ou sur le tronc. Elles sont souvent vigoureuses, ne produisent pas de fleurs, mais épuisent inutilement la plante en captant une grande partie de la sève.

Taillez-les dès leur apparition, surtout lorsqu’elles viennent sur des plantes greffées, sous le point de greffe.

Suivez-nous sur Google News