La culture en serre ajoute une nouvelle dimension à un jardin ; elle demande beaucoup de travail, mais apporte énormément à celui qui aime les plantes. La culture en serre, qui pallie les variations du climat, permet en effet de développer un nombre important d’espèces végétales et de produire ses propres plants.

Le choix de la serre est déterminant sur les types de plantes à cultiver. Certains pratiquent la culture en serre pour produire des légumes, des fruits ou des plants destinés à leur consommation et à leur jardin, d’autres font de leur serre un véritable espace de décoration et d’ornement. Dans tous les cas, le jardinage en serre ou sous abri est très fécond.

Choisir sa serre : 4 options possibles ?

  • La serre froide : elle est chauffée uniquement par le soleil. La région et l’endroit dans lesquels vous vivez ont donc de l’importance sur les résultats souhaités. Privilégiez l’exposition au sud et un endroit abrité. Température de journée de 13°C et nocturne entre 4° et 10°C. A priori, la serre froide n’est pas utilisée en hiver pour les plantes non rustiques. Elle est idéale pour les plantes de serre originaires de régions tempérées (abutilons, acacias, asparagus, bougainvillées, calcéolaires, jasmins, orchidées du pauvre, plumbagos du Cap, primevères…).
  • La serre tiède : elle est chauffée artificiellement de l’automne au printemps, afin d’obtenir une température toujours supérieure à 7°C. Elle permet d’éviter le gel et d’hiverner des plantes non rustiques et des tubercules (azalées, chrysanthèmes, cyclamens, orchidées, cactus, courges, laitues, melons, rhubarbes, tomates…).
  • La serre chaude : elle est chauffée artificiellement et garde une température toute l’année qui ne descend pas en dessous de 13°C. Elle est idéale pour la culture des plantes en pot, pour la multiplication et permet d’obtenir des tomates et concombres aussi bien en été qu’en hiver (bégonias, freesias, jacinthes, œillets, saintpaulias, aubergines, cressons, fraises, pêches, vignes…).
  • La serre tropicale : elle est chauffée artificiellement afin d’obtenir une température toujours supérieure à 18°C. Elle est conçue pour cultiver des plantes délicates (ananas, aristoloches, fougères, hoyas, orchidées, palmiers, philodendrons…) originaires des régions tropicales et pour la multiplication.

Choisir ses matériaux

Le choix de votre serre détermine souvent l’emploi des matériaux. On utilise ainsi plus fréquemment du bois (cèdre rouge, bois blanc traité, séquoia) et de l’aluminium pour de petites serres et de l’acier (galvanisé ou émaillé) pour les plus grandes.

Serre en aluminium

Les vitres se posent le plus souvent avec du mastic, mais on pratique aussi la pose à sec avec des joints en plastique. Le verre et le plastique servent ensuite de revêtements.

Les formes de serres

La forme de la serre a des conséquences sur la lumière et la chaleur que recevront les plantes.

Il existe des serres traditionnelles (à pieds-droits verticaux, elles ont un espace très rationnel), hollandaises (leurs panneaux vitrés sont très grands, elles ont peu d’ombre), adossées (placées contre un mur, elles bénéficient de son ombre ou profitent de sa réserve de chaleur), curvilignes (elles ont toujours une face perpendiculaire au soleil), polygonales (espace assez réduit et chaud, elles sont plus ornementales), à versants inégaux (souvent très grandes, la lumière pénètre mieux sur un des côtés), mini-serres (pour les petits jardins ou pour créer un milieu séparé dans une serre).

Différents types de serres de jardin

Certains utilisent des châssis (en bois ou en briques, en plastique ou en verre, avec un couvercle) ou des cloches (en verre, en plastique, simple ou en tunnel) pour la protection ou la culture de quelques plantes.

En règle générale, la serre doit avoir une porte large et haute, un seuil pas trop surélevé, une hauteur suffisante pour se tenir debout, une allée à l’intérieur.


L’emplacement de la serre

Idéalement, il faut trouver un endroit ensoleillé, abrité et dégagé ; sans arbres ni de bâtiments trop proches. Un terrain plat convient le mieux.

La serre d'Autour du Potager

Il est cependant nécessaire de niveler le sol en pente, surtout si la culture des plantes se fait directement dans le sol.

N’oubliez pas qu’il est parfois nécessaire d’obtenir un permis de construire.

D’autre part, il faut penser à l’alimentation en eau, au drainage et à l’électricité. Placez un robinet d’eau à l’intérieur et un réservoir pour recueillir l’eau de pluie, isolez vos canalisations. Ayez recours à un électricien qui adaptera son installation à vos besoins.


Le chauffage de la serre

Il existe trois moyens principaux pour chauffer une serre : les tuyaux chauds, le chauffage au mazout et les systèmes de chauffage électrique (radiateurs tubulaires et radiateurs soufflants).

Le mode de chauffage se choisit avec l’aide d’un chauffagiste, en fonction de la taille de votre serre et des espèces que vous cultivez. La présence d’un thermomètre dans la serre au milieu des plantes est indispensable pour surveiller la température.


La conservation de la chaleur, la ventilation et l’ombrage

Les doubles vitrages et les pellicules de polyéthylène servent à conserver la chaleur. Il est utile de boucher les trous de la serre avec du mastic et les interstices des panneaux avec des joints d’étanchéité.

Il faut aussi tenir compte de la ventilation et de l’ombrage qui influent directement sur la conservation de la chaleur et sur l’humidité. Une chaleur excessive peut en effet nuire aux plantes.

Prévoyez des châssis ouvrants et des vasistas, des prises d’air, des ventilateurs ou encore l’air conditionné. Installez aussi des stores externes ou internes ou des peintures blanches pour réduire l’intensité du soleil.


Un bon équipement est nécessaire

Il est indispensable d’avoir des tablettes et des étagères (bois, fonte, béton, acier, fer) qui permettent d’exposer les plantes, d’en isoler certaines du sol, d’en surélever selon les saisons et de faciliter le rangement et l’organisation.

Le matériel d’arrosage de base se compose d’un arrosoir à long bec, du robinet d’eau et du tuyau d’arrosage auquel on peut fixer différents accessoires et ajuster des pulvérisateurs.

Certains préféreront mettre en place un système d’arrosage automatique plus ou moins complexe (nappe capillaire, tuyaux goutte-à-goutte, tubes nébulisateurs).


L’entretien de la serre

La serre mérite un entretien consciencieux. Procédez généralement en automne à un nettoyage des vitres de côté et du toit, sur leurs deux faces pour que le soleil d’hiver pénètre au maximum.

Appliquez de l’antirouille sur toutes les ferrures des fenêtres et remplacez les vis abîmées. Frottez les cornières pour enlever les insectes collés. Désinfectez le sol ainsi que toutes les tablettes et étagères.

Réparez ou remplacez une vitre fêlée, isolez vos parois et étendez une couche de polystyrène sur le sol pour optimiser le chauffage. Traitez les montants avec des produits adaptés aux matériaux de construction.

Enlevez les feuilles mortes accumulées à l’intérieur des gouttières et sur le toit. Passez en revue chaque plante pour jeter feuilles et fleurs mortes et vérifier son état.