Après avoir presque fini de déballer les cartons, fait un peu de déco… j’ai enfin pu profiter de quelques rayons de soleil pour aller toucher la terre de mon nouveau jardin. Je n’ai pas encore une idée très claire de ce que sera le potager, comment il sera agencé, mais j’ai déjà pu faire quelques constats plus ou moins encouragent.

Le sol

Je ne suis pas dépaysé sur ce point. En effet comme dans mon précédent potager, la terre est limoneuse, elle ne colle pas et se travaille parfaitement. C’est l’idéal pour la grande majorité des légumes. En plus, ce sol est très “actif”, sans faire d’analyse particulièrement poussée, il est très facile de trouver une multitude de vers et petits insectes, encore une bonne nouvelle.

terre limoneuse jardin
La terre de mon nouveau jardin

Je ne sais pas comment les anciens propriétaires cultivaient cet espace, la seule certitude c’est qu’il a été laissé au repos pendant un long moment (vu l’état général), la terre devrait être assez fertile et ne pas nécessiter d’amendement (au moins pour commencer) ce qui m’arrange bien puisque je n’ai pas déménagé mon composteur (ni son contenu :)).

Nettoyage d'une partie du jardin
Nettoyage d’une partie du jardin

L’environnement

Je ne parle pas d’environnement avec un “E” majuscule, mais bien de ce qui entoure le jardin en général. Malgré qu’il soit en ville, il est au calme, et occupé par une grande variété d’oiseaux du vulgaire moineau au rouge gorge en passant par des mésanges et même un pic! C’est agréable et reposant, mais il faudra que je les garde à l’oeil pour ne pas que mes semis de printemps ne se transforment en un banquet pour volatiles. Leur présence au jardin est tout de même une bonne nouvelle, cela signifie qu’ils trouvent ici leur nourriture et qu’ils s’y sentent bien.

Malgré mes efforts pour que mon ancien jardin soit un refuge LPO je n’avais pas réussi à y réunir autant d’espèces.

Je vais attendre le printemps et avec un peu de chance on pourra croiser des écureuils ou des hérissons!

L’espace

Idéalement, je ne vous cache pas que j’aurais apprécié quelques dizaines de mètres carrés en plus (il est vrai que lorsqu’on jardine on souhaite toujours plus de place), mais un jardin citadin a forcément des limites. Ici je devrais donc me contenter d’environ 150m2 pour faire cohabiter un potager, un jardin d’agrément, un espace de jeux et une terrasse. Je reviendrais sur ces contraintes dans un article consacré au “cahier des charges”. Le point positif est que je pars d’une feuille quasi blanche, je ne serais pas influencé par un agencement existant, mis à part quelques allées (qui vont probablement disparaître).

pavés terrasse
Les pavés de l’ancienne terrasse

J’ai d’ores et déjà supprimé une petite terrasse pavée pour récupérer un peu de terrain cultivable.

L’exposition

C’est maintenant que les choses se compliquent… La maison étant assez haute, l’arrière orienté au Nord se retrouve très souvent à l’ombre :(. Pour l’aménagement de ce nouveau jardin et surtout pour le placement du potager il va falloir chercher le soleil et optimiser au maximum les emplacements qui profitent de ses rayons.

orientation jardin
Orientation du jardin

Pour le moment, il est assez difficile de se rendre compte des zones “chaudes” du jardin d’une part, car le soleil reste très discret et qu’il est encore très bas dans le ciel à cette période de l’année. Je pense y voir plus clair (c’est le cas de le dire) d’ici quelques semaines.

Vous l’aurez compris, la phase de réflexion ne fait que commencer, je vous détaillerais dans un prochain article quels sont les fonctions que devra remplir ce nouveau jardin. En attendant, je retourne visiter le site de semence histoire de rêver à mes futurs légumes :).